Approche pratique

Le  programme  a été créé dans un but d’humanisation et de resocialisation des personnes détenues en milieu carcéral. … Ou comment des animaux abandonnés et des personnes désocialisées parviennent à créer une relation mutuellement bénéfique et à s’offrir une nouvelle vie.

Les objectifs des séances de « médiation animale » en milieu carcéral sont multiples  et ont  pour vocation d’amener les personnes détenues à

  • Diminuer l’agressivité entre elles
  • Diminuer l’agressivité entre elles et les surveillants
  • Sortir de l’isolement
  • Améliorer leur socialisation, les échanges positifs
  • Travailler le respect de l’autre, le partage, la patience

Descriptif de notre action

L’Intervenant en médiation animale (IMA), en tant que professionnel, propose un exercice adapté à chaque groupe de détenus. Il choisit l’animal le plus approprié, en fonction de ses caractéristiques spécifiques dans l’espèce et celles qui lui sont propres, afin de déclencher et de faciliter la relation et le travail sur soi en vue de préparer la réinsertion professionnelle et comportementale des personnes détenues.

Pour les personnes détenues, l’animal représente un compagnon constant et neutre, une source d’affection permanente. Lors des séances de médiation animale, l’animal facilite l’interaction entre les personnes présentes. Il devient, pour chaque détenu, un être vivant unique avec lequel il noue un lien singulier, créée une alliance de vie et réaccorde son humanité.

Grâce à ce lien avec l’animal et à l’occasion des évènements importants qui rythment leur vie ensemble, les détenus recréent entre eux, autour d’émotions partagées, une vie sociale avec ses symboles et ses rituels.

Cette action permet aux personnes incarcérées de se responsabiliser en s’occupant d’un animal. Elle permet également de ré-humaniser les lieux, d’établir des relations respectueuses avec les animaux mais aussi avec ses pairs, de lutter contre l’isolement, de remettre en place des règles sociales souvent inexistantes ou hors normes et donc de participer à leur réinsertion.

Ce moment d’échange permet également d’aborder différents sujets par le biais émotionnel et comportemental. Des passerelles se créent entre l’homme et l’animal grâce à la prise de conscience émotionnelle de situations analogues.

Grace à cet accompagnement, les arrivants et notamment les primo-délinquants peuvent être accompagnés pour les aider à lutter contre l’isolement, le choc carcéral ou le risque de radicalisation. Le quartier des mineurs et celui des sortants sont également concernés.

Impacts de notre action

Elle répond aux attentes de l’administration pénitentiaire, à savoir :

  • Préparer et faciliter la réinsertion sociale des détenus
  • Humaniser les lieux
  • Lutter contre la radicalisation par le repérage des détenus dits « fragiles »
  • Lutter contre les addictions
  • Préparation à la sortie
  • Diminuer les tensions et la violence en prison
  • Contribuer à prévenir les suicides en prison
  • Rendre la personne co-acteur dans sa vie au  quotidien en détention

Elle permet aux personnes détenues de :

  • Canaliser leurs émotions,
  • Comprendre et mieux gérer leur violence,
  • Améliorer leur rapport à l’autre,
  • De prendre en charge un animal et de se sentir utile
  • Se responsabiliser dans un objectif de mieux-être et à terme, d’insertion ou réinsertion
  • Favoriser une communication plus fréquente, faire oublier pour un moment les soucis.
  • L’aider à verbaliser ses émotions et à sortir de l’isolement, enclencher la parole

Elle aide les personnels surveillants

La plupart du personnel surveillant observe les bienfaits de la présence animale dans le cadre de leur activité au quotidien, notamment au plan de la réduction du stress et de leurs relations avec les détenus.

Quelques témoignages recueillis à la maison d’arrêt de Strasbourg :

L’assistante sociale : « le contact avec nous est plus facile, plus rapide »

La responsable formation : « ……je les sens plus motivés à faire une détention active, ils s’isolent moins… »
Surveillants : « cela nous fait du bien de voir les chiens ici »… « C’est notre rayon de soleil »… » Je ne peux pas m’empêcher de passer au local des animaux dans la journée pour aller les voir ! ».

L’impact se mesure aussi auprès de nos  animaux

Les animaux maltraités, abandonnés ou en souffrance, recueillis par Patricia Arnoux, sont pris en charge et soignés par des détenus dits référents. Ils reprennent confiance en l’homme et retrouvent aussi une nouvelle vie.

C’est une seconde chance pour eux ; ils sont choyés, aimés, comme ils ne l’ont jamais été.

Comme le dit Patricia Arnoux : « les animaux sont encore plus épanouis en prison avec les détenus que chez moi !  Leur disponibilité est totale. Même le chinchilla, qui est maintenant sous la responsabilité d’un détenu, a une belle fourrure que  je ne lui ai jamais vue lorsqu’il vivait chez moi ! »