Son histoire

L’histoire de l’association EVI’DENCE est fortement liée à celle de sa fondatrice Patricia ARNOUX.

Depuis sa création, l’association évolue lorsque les idées, la passion et surtout les convictions de Patricia connaissent des inflexions de trajectoire ou sont enrichis par des rencontres.

Notamment  la méthode systémique est venue à elle au cours d’une formation il y a 3 ans. Plus qu’un modèle, ce nouvel état d’esprit, passionnant, déroutant et extrêmement efficace guide aujourd’hui l’action menée par EVI’DENCE.

Aujourd’hui avec  l’association TAAC,  ses partenaires de toujours, de nouvelles réflexions se font jour : osons parler « d’animal systémique » mais aussi de nouvelles formes de communication inter-espèce.

C’est finalement ce parcours riche de rencontres, de formations qui aura permis à Evi’dence d’arriver aujourd’hui à donner une nouvelle approche à son action…

Patricia en fait le récit :

« Passionnée par l’humain et par l’animal, et surtout par les relations qu’ils entretiennent, j’ai débuté par des études universitaires en psychologie, suivies en 1995 d’une formation de comportementaliste (spécialiste de la relation homme-chien). En 2004, en voulant donner  du sens à ma passion, je traverse l’océan et  me forme à « l’Institut de zoothérapie » du Québec, à la médiation animale (MA) basée sur ce lien Homme-animal qui existe depuis des millénaires. De retour en France, accompagnée de mon futur collègue de travail, Sunny, mon golden ramené du froid, je mets en pratique cette nouvelle approche avec différentes populations. Bien vite je me rends compte que l’animal facilite non seulement la relation avec l’être humain, mais permet également d’entrouvrir des portes que la vie a parfois fermées chez des personnes isolées et fragilisées.

Dès 2008, m’appuyant sur ces modifications comportementales de l’individu, favorisées par la présence animale, je mets donc en place un projet expérimental de médiation animale à la maison d’arrêt de Strasbourg.

En 2010, accompagnée par l’association TAAC, cette expérimentation devient un vrai programme d’humanisation de la prison avec l’animal, primé en 2011 par le 2°prix Initiative Justice. Un module complémentaire de développement comportemental et émotionnel proposé par Hervé BERTHONNEAU a permis de prolonger et de renforcer les bénéfices du programme de MA. Ceci m’a amené tout naturellement à me former à l’intervention systémique à l’Institut Gregory Bateson à Paris et ainsi améliorer ma pratique.

L’approche systémique est une façon de saisir la réalité qui reconnaît l’interaction comme principe fondamental de tout ce qui vit. La personne est intégrée dans un contexte relationnel (système) qui structure en partie son comportement. Par conséquent, on ne cherchera jamais à savoir comment réagit une personne dans l’absolu mais comment elle réagit dans le cadre de ses relations avec les personnes de son entourage. Adopter une vision systémique, ce n’est pas modifier la réalité, c’est transformer son regard ; c’est également élargir son champ de vision pour s’intéresser à l’information qui circule dans tous les processus relationnels.

Afin de promouvoir la présence et la MA dans les lieux fermés, il me paraissait important de créer cette même année l’association EVI’DENCE et par la suite de témoigner de cette expérience, de ces changements de vie de personnes  en coécrivant un livre « Des animaux pour rester des Hommes » avec Mme ZINCK Sabine.

Aujourd’hui, ce parcours, chaque jour enrichi par cette dynamique relationnelle inter-espèce, m’encourage à approfondir cette relation en touchant du doigt d’autres moyens de communication et ainsi à mieux soulager l’animal comme l’humain…